Poignée de main rwandaise

L’experience

« Je pensais que ce qui me surprendrait le plus serait les gorilles des volcans du parc national. En fait, je me suis vite rendu compte que la façon dont les gens me saluaient était assez étonnante : au lieu d’une main tendue, ils me présentaient mollement le bras.

Cela s’est reproduit plusieurs fois. Au début, je pensais avoir à faire à une personne qui souffrait d’un handicap ou qui avait eu une attaque. Mais à chaque nouvelle rencontre, je me rendais à l’évidence que la norme ici n’était pas celle de l’habituelle poignée de main.      

Quand j’ai demandé des explications, j’ai découvert qu’une main pendante est considérée comme un signe de déférence et de respect envers la personne que l’on rencontre. Comme si on lui disait : “vous pouvez me prendre tout le bras si vous voulez, je ne montrerai aucune résistance, voilà l’ampleur du respect que je vous porte”.

Comme les convenances de salutation en général sont extrêmement importantes dans les cultures africaines, j’ai vite pris le pli de ce salut rwandais (et aussi du sud de l’Ouganda, de l’autre côté de la frontière) et appris à serrer la main de l’autre doucement et lentement, ce qui me semblait la meilleure façon de lui signifier mon respect. Je n’irai plus jamais en Afrique avec l’idée de recevoir une poignée de main ferme et déterminée – et je serais certainement bien surpris si cela arrivait !

Je précise qu’il est extrêmement important de rajouter au moins quelques phrases comme comment allez-vous, et votre famille, etc. au début d’un rendez-vous africain, qu’il soit professionnel ou personnel. Ce que nous considérons comme du bavardage en Amérique du Nord est absolument indispensable dans les cultures africaines, sans cela vous perdez la confiance, le respect, l’assurance de la personne en face. »

Rwanda, 2011

Qui raconte

Jason Cressey arbore un sourire radieux, s’intéresse à tout et surtout se passionne à vivre une vie heureuse, curieuse et aventureuse de par le monde quand il n’est pas chez lui, une petite île au large de la côte ouest du Canada. Il adore la Turquie, où il retourne chaque année avec son mari, et voyage tous les hivers dans des contrées aussi lointaines et variées que l’Indonésie, le Paraguay, Kiribati ou le Royaume de Brunei. Né dans le Yorkshire (Royaume-Uni), Jason mène aujourd’hui des ateliers de psychologie en entreprise. Il est également scénariste et consultant sur l’adaptation du film documentaire de son livre Deep Voices sur les dauphins et les baleines dans la mythologie et les croyances spirituelles. Il tient aussi une chambre d’hôte sur l’Île de Salt Spring (Canada), et emmène des groupes nager avec les baleines à bosse à Niue dans le Pacifique Sud. Oui, il rend possible tous les rêves magiques !

2018-09-30T13:34:58+02:00