EIC 2017-12-08T09:10:02+00:00

La mort: une double peine

L'experience "Un jour j’étais dans la rue, à la sortie d’un hôpital militaire, avec un collègue congolais et nous avons vu arriver plein de motards avec de la musique, en train de crier. J’ai flippé et je lui ai demandé ce qu’il se passait: - Ils célèbrent un décès. - Waouh mais c’est super festif! j’ai réagi. - Oui, nous devons fêter les morts toute la nuit et surtout respecter leur dernière volonté! Une personne avant de mourir donne ses indications sur la façon dont se déroulera sa fête de mort. Ma mère par exemple a déjà choisi le cercueil, la musique et les invités! Ça va me coûter super cher! - C’est comme un mariage! - Parfois on redoute la mort d’un proche aussi parce que ça va coûter cher! - C’est marrant parce que nous en France, on peut attendre la mort de quelqu’un parce qu’on [...]

novembre 22nd, 2018|Mourir|

Nous ne sommes pas mortels

L'experience Alors j'ai trouvé une agence de tourisme écologique qui propose des tours en vélo. Bikes and Hikes LA. On a parcouru Hollywood et Beverly Hills en vélo. J'aurais dû me douter que hills c'était pour collines et que ça impliquerait de grimper! Avec la chaleur, c'était intense! Ma fille Emilia est tombée malade et elle a dû ingurgiter des électrolytes et la chaîne de mon pédalier s'est défaite deux fois. Mais ça valait l'effort et le prix. Et savez-vous pourquoi il n'y ni hôpital ni cimetière à Beverly Hills? Parce que les résidents ou visiteurs ne doivent pas s'y rappeler leur propre mortalité... Comme si on pouvait éviter ça? J'étais choquée. C'est effectivement vrai et le guide trouve que c'est intéressant et drôle de partager cette info avec les groupes pendant la promenade. Cependant. Il y a deux des meilleurs hôpitaux du pays juste de l'autre côté [...]

novembre 22nd, 2018|Mourir|

La valeur d’une vie

L'experience Aujourd’hui, sur mon lieu de travail, nous avons appris une bien triste nouvelle. Un collègue, responsable de production, est décédé hier soir dans un accident de moto. Au début, je ne comprenais pas bien, je voyais des petits groupes de personnes se former, des mines tristes. Puis un collègue est venu me voir et m’a expliqué ce qu’il s’était passé. Cette nouvelle m’a fendu le coeur. Je ne connaissais que très peu cet homme, mais voir toute une usine (plus de 200 personnes) en pleurs se réconfortant les uns les autres, en plus de me rappeler la perte d’une amie très proche dans des circonstances quasi identiques, m’a bouleversé. Petit à petit, les machines se sont arrêtées, les lumières se sont éteintes, le brouhaha des lignes de productions a stoppé. J’ai cru un instant que nous allions respecter un temps de silence. La réalité fut tout autre. [...]

novembre 22nd, 2018|Mourir|

La mort, et si on en riait?

L'experience "Au Mexique, on clame haut et fort que la mort n'est pas un tabou: on en parle, on la fête. Les catrinas: petits squelettes féminins aux jolies robes et beaux chapeaux, nous rappellent que nous sommes tous égaux face à la mort. Qu'on soit riche ou pauvre, apprêté ou en guenilles, elle nous prend tous un jour ou l'autre.   En les observant de plus près sur un autel, je suis impressionnée par la minutie des détails et je me demande combien de temps les artistes passent sur ces oeuvres d'art. Finalement je ne suis plus si sûre que les Mexicains aient un rapport décomplexé à la mort, à ce niveau là, ça ressemble plus à une obsession." Lieu Morelia, Mexique Date 2009 Qui raconte Marine, Française, vit à Mexico depuis un an. Elle est continuellement étonnée par son incompréhension [...]

novembre 19th, 2018|Mourir|

Squatter des funérailles

L'experience Cinq touristes (un Sud-Africain, une Russe, un Espagnol, un Français et moi, sûrement la seule Bosnienne au Cambodge) à vélo au bord du Mékong, sur deux jours. Nous traversons des villages « isolés » en tous cas des villages où les touristes vont très rarement si ce n’est jamais. Les Cambodgiens sont très chaleureux et accueillants, tous les villageois nous disent bonjour avec de grands sourires, les enfants courent derrière nous… Nous avons tous très mal aux mâchoires à force de sourire mais la joie est immense. Nous nous prêtons volontiers à leur jeu et répondons encore plus à leurs «HELLO». Faire du vélo sur des routes boueuses avec un millier de nids de poules est assez fatiguant, on a vite faim. Seulement voilà, le Cambodge est un pays pauvre, dès qu’on sort des circuits touristiques il est difficile de trouver un « restaurant ». Après une [...]

novembre 19th, 2018|Mourir|

Le droit au silence

L'experience Il y a quelques années j’ai eu la chance d’aller visiter le Japon. Je me souviens que pendant que je voyageais dans le bus public dans la ville de Kyoto, j’ai reçu un appel sur mon téléphone portable et qu’après environ une minute de conversation, je me suis rendu compte que, alors que le bus était presque plein, le seul bruit qu’on entendait venait de ma propre conversation. Un peu gêné, j’ai rapidement raccroché puis tenté d’offrir de timides excuses en anglais à la Japonaise qui était assise à côté de moi. Heureusement, non seulement elle comprenait l’anglais, mais avec une douce compassion, elle m'expliqua que dans sa culture, il existait effectivement une sorte de droit au silence, de sorte que personne ne répondait aux appels téléphoniques (sauf en cas d'urgence) dans les transports publics, étant entendu que ces conversations particulières interrompent le silence public auquel ont [...]

octobre 3rd, 2018|PREMIERES IMPRESSIONS|

Doux réveils andins

L'experience En Turquie, c’était l’appel à la prière, à Reading (en Angleterre), le doux chant de la pluie sur le carreau…. A Medellin, en Colombie, les réveils sont plutôt sportifs: dès 6h30 du matin défilent dans les rues les petits vendeurs ambulants de fruits et légumes, de balais brosse, de journaux, de masamora*, de fleurs et j’en passe… Ici, spéciale dédicace à mon ami vendeur d’aguacateeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee madurooooooooooooo **. Alors oui, forcément, les premiers jours, ça agace un poil, on lui lance un regard accusateur du haut de nos onze étages….mais avec le temps, on s’y fait, et on apprend à les chérir nos p’tits vendeurs ambulants, surtout quand on voit sous quel soleil de plomb ils travaillent! Tellement, que je descendrais presque en pyjamas lui en acheter 2 ou 3, de ses aguacates… * sorte de porridge colombien **avocat mûr Medellin, Colombie, 2012 [...]

octobre 3rd, 2018|PREMIERES IMPRESSIONS|

Best choice ever

L'experience Ce qui m’avait frappé, c'est quand on commandait un café en Australie les serveurs répondaient, sincèrement: "Wonderful, amazing, best choice ever!"* Ils étaient systématiquement hyper enthousiastes. C'est une culture très enthousiaste. Nos amis français sur place nous ont confirmé que c'est très australien d’être enthousiaste pour tout. Ça fait 6 ans qu'ils y habitent et au début ils ne comprenaient pas la manière de faire. Tout est super génial, amazing**, et quand ce n’est que super, ça va pas du tout au fait. Emilie, mon amie française, a fait un retour à sa N+1 sur sa stagiaire avec qui ça n’allait pas. Elle a fait ce retour, en disant ce qui n'allait pas et pour quelles raisons. Elle a ensuite assisté au retour de sa chef à sa stagiaire et selon elle, rien de ce qu'elle lui avait partagé n’avait été retranscrit... "Great , amazing" ou je [...]

octobre 1st, 2018|PREMIERES IMPRESSIONS|

Prends garde à l’oeil du Mal

L'experience Le nazar est une amulette en forme d’oeil qui protègerait de l’oeil du Mal. En Turquie, j’en vois à l’extérieur des maisons, dans les voitures et même sur les queues des avions de la compagnie aérienne turque Fly Air qui en a fait son logo… (ce qui ne la pas empêché de faire faillite). Mais assez avec mon scepticisme occidental. Plus je m’habituais au nazar, (on en trouve absolument partout), plus j’aimais ses couleurs, son look et même ce qu’il symbolise. Alors j’ai fini par en acheter un gros, en verre, pour notre maison à Paris. Très fière de moi, je le montre à des amis turcs. J’étais presque en train de leur dire, regardez comme je suis turque… ou pas. Ils étaient gênés pour moi. “Un nazar ne marche que lorsqu’il t’est offert, Eleonore, pas si tu te l’achètes pour toi.” - Ah bon? C’est alors [...]

septembre 30th, 2018|PREMIERES IMPRESSIONS|

Stop Smiling so Much (Arrête de sourire autant)

L'experience A Ekaterinbourg, j’ai rencontré une jeune femme qui cherchait à pratiquer son anglais et nous avons passé quelques heures à nous promener dans la ville. Quand les gens passaient à côté de nous, ils me regardaient fixement puis secouaient la tête avant de détourner le regard. Au bout d’un moment, je lui ai demandé: “j’ai une deuxième tête qui me pousse sur la tête ou quoi?!” “Non” m’a-t-elle dit, “tu SOURIS. Alors ils pensent que tu es folle.” Elle m’a expliquée que quand elle avait 10 ans, sa mère lui avait dit d’arrêter de sourire autant parce que les gens allaient penser qu’elle avait perdu la tête. Bien que les Canadiens aient la réputation d’être gentils, ce sont surtout nos homologues d’Amérique du Nord qui sont connus pour sourire beaucoup. J’ai trouvé cette expérience intéressante concernant l’aspect culturel de nos expressions faciales et le fait qu’elles ne [...]

septembre 30th, 2018|PREMIERES IMPRESSIONS|

Indian Standard Time

L'experience Il me semble que les Hindous prennent en considération un temps plus long que le nôtre. Pour eux, la vie humaine est un cycle (réincarnation), de même que l'univers : il est crée par Brahma, maintenu par Vishnou, puis détruit par Shiva. Ce cycle se répète infiniment : il n'a ni début, ni fin. Comme cela avait été évoqué une fois, en cours, cela veut dire qu'un jour dans la vie humaine n'est rien dans l'océan temporel de l'univers. C'est peut-être pour cette raison que j'ai constaté que les Indiens sont souvent en retard, et qu'ils prennent beaucoup de temps à réaliser une tâche précise. Par exemple, je devais régulièrement aller à la poste pour envoyer des documents officiels, parce qu'étrangement, les femmes ont le droit de couper la queue, et sur les nombreux guichets disponibles pour envoyer le courrier, un seul était ouvert, ce qui avait bien sûr pour conséquence de créer une immense [...]

juin 13th, 2018|LE RAPPORT AU TEMPS|

Une idée de l’heure

L'experience Dans une escale touristique près d’un village d’Indiens Tarahumara, on souhaite savoir si on a le temps de faire le tour du lac qu’on trouve magnifique. On s’adresse à des locaux pour savoir si une heure pour faire le tour du lac est suffisante. On aurait dû se douter en analysant la tête qu’ils ont fait « genre je réfléchis», qu’ils n’avaient aucune notion du temps qui passe. Au bout de 45 min de marche nous avons dû faire demi-tour car on commençait à se rendre compte de la taille réelle du lac... Comment des personnes vivant sans contraintes d’horaires auraient pu nous donner des indications de durée fiables? Creel, Mexique, 2010 Qui raconte Alexandre, (Français), ingénieur, la trentaine, découvre le Mexique avec un mélange d’entrain et d’étonnement. T'en penses quoi? Marine: "Alors qu’il y en a qui chronomètrent à la [...]

juin 13th, 2018|LE RAPPORT AU TEMPS|