L’expérience

« Quand je suis arrivée en France, il faisait froid dehors et à l’intérieur de la maison seulement 18° C. En Russie, nous maintenons l’intérieur à un minimum de 22° C. Maintenant je me suis habituée à la température, je mets quelques pulls et le tour est joué, haha. Mais je connais beaucoup de Russes en France qui gèlent ici. Beaucoup de gens pensent que les Russes aiment le froid. Nous ne l’aimons pas, nous savons simplement comment y faire face. Ce que j’ai fait pour être précise, en France, c’est que j’ai allumé une cuisinière à gaz pour me réchauffer les mains quand ma belle-mère française s’est écriée :

– Qu’est-ce que tu fais ? Le gaz en France coûte très cher ! »

Lieu Bretagne, France

Date 2018

Qui raconte

Irina est une Russe à la fin de sa vingtaine. Elle est mariée avec un entrepreneur français, pour son plus grand bonheur. Elle a étudié l’enseignement Montessori à Singapour et s’occupe maintenant de leur fille tout en gérant leur B&B ainsi que la filière russe de leur distribution de vin.

T'en penses quoi?

Catherine, Française (2004) : « A l’époque où j’habitais à Nankin, donc au sud du Yangtsé, je travaillais à l’université et quand  j'arrivais dans la salle de classe le matin, les fenêtres étaient grand ouvertes, il fallait de l'air frais. Je m'empressais de les fermer, la  règle étant qu’on n’allumait le chauffage uniquement lors de visites officielles. Pas de chauffage non plus dans les maisons. Nous, en tant qu’étrangers, on vivait dans un endroit privilégié donc on avait de la clim inversée qui chauffait, mais ce n’était pas le cas pour les étudiants et il faisait très froid dans leurs dortoirs aussi.

Dans les salles de classe, les étudiants étaient en manteaux, mitaines et bonnets. Je venais avec mon thermos de thé, je me gelais.  Ils m’avaient dit un jour : ‘On va à la bibliothèque ?’

- Elle est chauffée ?

- Non mais on est très  nombreux, alors il fait plus chaud! »