EIC 2017-12-08T09:10:02+01:00

Yes Please

L'experience « Pendant mon stage au Liban, je travaillais uniquement avec des Libanais qui, avec moi, parlaient anglais. A chaque fois qu’ils me demandaient si je voulais un café, venir à la réunion ou fumer une cigarette, je répondais “Yes please!” Ça les faisait rire et au bout d’un moment, j’ai appris qu’entre eux, ils m’appelaient Yes please*! » * Oui, s'il te/vous plaît en anglais Lieu Beyrouth, Liban Date 2016-2017 Qui raconte Lya est étudiante en sciences politiques à Paris. Le semestre dernier, elle a effectué un stage dans une entreprise libanaise de conseil en développement à Beyrouth au Liban. T'en penses quoi?

mars 27th, 2019|LA POLITESSE|

La dictature du bonjour

L'experience « A Paris, si tu dis ‘s’il te plait’, ‘bonjour’, ‘au revoir’, c’est bon, tu es poli! Tu peux dire ce que tu veux comme grossièreté entre les deux et tu n’as pas besoin d’être agréable. C’est étonnant pour nous, Brésiliens, qui avons tendance à nous offusquer quand les gens ne sont pas aimables. Pour survivre psychologiquement à Paris, il ne faut pas se laisser impressionner si les gens ne sont pas agréables, ce n’est pas personnel, la personne est là - le commerçant, le serveur de café, la caissière ou autre - elle fait son boulot c’est tout et elle n’est pas forcément contente d’être là, d’ailleurs. Je me souviens d’un épisode dans le métro parisien qui m’a particulièrement marqué: des touristes voulaient acheter des tickets de métro au guichet et il se faisait engueuler par le vendeur parce qu’ils n’avaient pas dit bonjour! En revanche, [...]

mars 27th, 2019|LA POLITESSE|

Merci, j’ai adoré… ou pas…

L'experience « J’entendais un père brésilien qui expliquait à son fils de 5 ans comment remercier quand on reçoit un cadeau : - Qu’est ce qu’on dit quand on reçoit un cadeau?
 - Merci. - On dit: ‘merci, j’ai adoré!’ Pour moi c’est bizarre de se sentir obligé de dire qu’on aime un cadeau! Il me semble que merci c’est honnête et ça suffit… » Lieu Rio de Janeiro, Brésil Date 2018 Qui raconte Dario est Espagnol et vit à Rio avec sa famille brésilienne. T'en penses quoi?

mars 27th, 2019|LA POLITESSE|

Ils ne m’ont même pas offert un café!

L'experience « C'était un dimanche matin, ma fille était restée dormir à l'improviste chez une amie, dont les parents sont français, après sa fête d'anniversaire. Je suis arrivée le matin pour la récupérer et ils ne m’ont pas invitée à entrer. J'ai trouvé ça très bizarre, je l'avoue, qu'ils ne me proposent même pas un verre d'eau ou un café. Je ne les connaissais pas et ma fille avait dormi chez eux. Je me suis demandé s'ils étaient pressés ou si ma fille ne s'était pas bien tenue. J'ai trouvé qu'ils étaient très froids! Ça n'arriverait jamais au Brésil. Ici les gens sont toujours intéressés de connaître les autres. On a une certaine délicatesse avec les autres, quels qu'ils soient. » Lieu Rio de Janeiro, Brésil Date 2018 Qui raconte Carolina est une artiste brésilienne influencée par divers horizons culturels: Cuba [...]

mars 27th, 2019|LA POLITESSE|

Nous ne sommes pas mortels

L'experience "Alors j'ai trouvé une agence de tourisme écologique qui propose des tours en vélo. Bikes and Hikes LA. On a parcouru Hollywood et Beverly Hills en vélo. J'aurais dû me douter que hills c'était pour collines et que ça impliquerait de grimper! Avec la chaleur, c'était intense! Ma fille Emilia est tombée malade et elle a dû ingurgiter des électrolytes et la chaîne de mon pédalier s'est défaite deux fois. Mais ça valait l'effort et le prix. Et savez-vous pourquoi il n'y ni hôpital ni cimetière à Beverly Hills? Parce que les résidents ou visiteurs ne doivent pas s'y rappeler leur propre mortalité... Comme si on pouvait éviter ça? J'étais choquée. C'est effectivement vrai et le guide trouve que c'est intéressant et drôle de partager cette info avec les groupes pendant la promenade. Cependant. Il y a deux des meilleurs hôpitaux du pays juste de l'autre côté [...]

novembre 22nd, 2018|HONORER LA VIE APRES LA MORT|

La mort, et si on en riait?

L'experience "Au Mexique, on clame haut et fort que la mort n'est pas un tabou: on en parle, on la fête. Les catrinas: petits squelettes féminins aux jolies robes et beaux chapeaux, nous rappellent que nous sommes tous égaux face à la mort. Qu'on soit riche ou pauvre, apprêté ou en guenilles, elle nous prend tous un jour ou l'autre.   En les observant de plus près sur un autel, je suis impressionnée par la minutie des détails et je me demande combien de temps les artistes passent sur ces oeuvres d'art. Finalement je ne suis plus si sûre que les Mexicains aient un rapport décomplexé à la mort, à ce niveau là, ça ressemble plus à une obsession." Lieu Morelia, Mexique Date 2009 Qui raconte Marine, Française, vit à Mexico depuis un an. Elle est continuellement étonnée par son incompréhension [...]

novembre 19th, 2018|HONORER LA VIE APRES LA MORT|

Squatter des funérailles

L'experience "Cinq touristes (un Sud-Africain, une Russe, un Espagnol, un Français et moi, sûrement la seule Bosnienne au Cambodge) à vélo au bord du Mékong, sur deux jours. Nous traversons des villages « isolés » en tous cas des villages où les touristes vont très rarement si ce n’est jamais. Les Cambodgiens sont très chaleureux et accueillants, tous les villageois nous disent bonjour avec de grands sourires, les enfants courent derrière nous… Nous avons tous très mal aux mâchoires à force de sourire mais la joie est immense. Nous nous prêtons volontiers à leur jeu et répondons encore plus à leurs «HELLO». Faire du vélo sur des routes boueuses avec un millier de nids de poules est assez fatiguant, on a vite faim. Seulement voilà, le Cambodge est un pays pauvre, dès qu’on sort des circuits touristiques il est difficile de trouver un « restaurant ». Après une [...]

novembre 19th, 2018|HONORER LA VIE APRES LA MORT|

Le droit au silence

L'experience "Il y a quelques années j’ai eu la chance d’aller visiter le Japon. Je me souviens que pendant que je voyageais dans le bus public dans la ville de Kyoto, j’ai reçu un appel sur mon téléphone portable et qu’après environ une minute de conversation, je me suis rendu compte que, alors que le bus était presque plein, le seul bruit qu’on entendait venait de ma propre conversation. Un peu gêné, j’ai rapidement raccroché puis tenté d’offrir de timides excuses en anglais à la Japonaise qui était assise à côté de moi. Heureusement, non seulement elle comprenait l’anglais, mais avec une douce compassion, elle m'expliqua que dans sa culture, il existait effectivement une sorte de droit au silence, de sorte que personne ne répondait aux appels téléphoniques (sauf en cas d'urgence) dans les transports publics, étant entendu que ces conversations particulières interrompent le silence public auquel ont [...]

octobre 3rd, 2018|COMMUNICATION ET RELATIONS INTERPERSONNELLES|

Doux réveils andins

L'experience "En Turquie, c’était l’appel à la prière, à Reading (en Angleterre), le doux chant de la pluie sur le carreau…. A Medellin, en Colombie, les réveils sont plutôt sportifs: dès 6h30 du matin défilent dans les rues les petits vendeurs ambulants de fruits et légumes, de balais brosse, de journaux, de masamora*, de fleurs et j’en passe… Ici, spéciale dédicace à mon ami vendeur d’aguacateeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee madurooooooooooooo **. Alors oui, forcément, les premiers jours, ça agace un poil, on lui lance un regard accusateur du haut de nos onze étages….mais avec le temps, on s’y fait, et on apprend à les chérir nos p’tits vendeurs ambulants, surtout quand on voit sous quel soleil de plomb ils travaillent! Tellement, que je descendrais presque en pyjamas lui en acheter 2 ou 3, de ses aguacates…" * sorte de porridge colombien **avocat mûr Medellin, Colombie, 2012 [...]

octobre 3rd, 2018|COMMUNICATION ET RELATIONS INTERPERSONNELLES|

Prends garde à l’oeil du Mal

L'experience "Le nazar est une amulette en forme d’oeil qui protègerait de l’oeil du Mal. En Turquie, j’en vois à l’extérieur des maisons, dans les voitures et même sur les queues des avions de la compagnie aérienne turque Fly Air qui en a fait son logo… (ce qui ne la pas empêché de faire faillite). Mais assez avec mon scepticisme occidental. Plus je m’habituais au nazar, (on en trouve absolument partout), plus j’aimais ses couleurs, son look et même ce qu’il symbolise. Alors j’ai fini par en acheter un gros, en verre, pour notre maison à Paris. Très fière de moi, je le montre à des amis turcs. J’étais presque en train de leur dire, regardez comme je suis turque… ou pas. Ils étaient gênés pour moi. “Un nazar ne marche que lorsqu’il t’est offert, Eleonore, pas si tu te l’achètes pour toi.” - Ah bon? C’est alors [...]

septembre 30th, 2018|PREMIERES IMPRESSIONS|

Stop Smiling so Much (Arrête de sourire autant)

L'experience "A Ekaterinbourg, j’ai rencontré une jeune femme qui cherchait à pratiquer son anglais et nous avons passé quelques heures à nous promener dans la ville. Quand les gens passaient à côté de nous, ils me regardaient fixement puis secouaient la tête avant de détourner le regard. Au bout d’un moment, je lui ai demandé: “j’ai une deuxième tête qui me pousse sur la tête ou quoi?!” - “Non” m’a-t-elle dit, “tu SOURIS. Alors ils pensent que tu es folle.” Elle m’a expliquée que quand elle avait 10 ans, sa mère lui avait dit d’arrêter de sourire autant parce que les gens allaient penser qu’elle avait perdu la tête. Bien que les Canadiens aient la réputation d’être gentils, ce sont surtout nos homologues d’Amérique du Nord qui sont connus pour sourire beaucoup. J’ai trouvé cette expérience intéressante concernant l’aspect culturel de nos expressions faciales et le fait qu’elles [...]

septembre 30th, 2018|PREMIERES IMPRESSIONS|